facade Pendule linea mobilis

Inspirée du mouvement Bauhaus, cette création de pendule de Thierry Gibernon, en emprunte le style épuré ainsi que les lignes directrices. Construite autour d’un ancien mécanisme de pendule typique des années 30, linea mobilis joue avec l’art en quatre dimensions.

La pendule linea mobilis exprime le mouvement, apparemment immobile de la ligne.
Une ligne est peut-être un simple trait. Mais ceci est apparence. La ligne exprime un commencement et une fin et donc un avant et un après, un ici et là-bas.

La succession de lignes devient alors le chemin même de l’architecture et du design. Combinaisons incessantes de traits qui se coupent, se recoupent, se courbent, s’assemblent jusqu’à former un volume.

Pour cette commande de création de pendule, Thierry GIBERNON a cherché à reproduire le style épuré des lignes fixes, inscrit dans le mouvement du temps.

De la pendule au concept philosophique…

Les quatre dimensions

Vous avez dit mouvement Bauhaus…

Le principe même d’un mouvement, c’est qu’il n’est pas immobile. Avec la notion de mouvement, on ne pense pas à quelque chose qui est statique ou immuable. En fait, quand on parle de mouvement, on parle de quelque chose qui évolue, qui bouge ou qui avance. Dans cette création horlogère liée au mouvement Bauhaus, le mouvement architectural peut s’envisager comme une quête. Une recherche incessante de l’alliance parfaite des formes et des volumes. Au travers de l’approche du modèle idéal, le designer se confronte à de multiples défis et idéaux. La courbe de laquelle découlera l’élégance, l’hachuré donnant la structure, l’ombre et le modelé des reliefs. Et cela touche à la dimension du besoin, dont la réalisation prend déjà naissance dans le trait.

Le sens de la ligne linea mobilis

linea mobilis mécanisme

La ligne se déplace, se fraye un chemin et sur son passage, transforme les paysages. Elle donne de la perspective et la direction quand nous traçons notre route. Dans une forêt de mots, elle met en exergue quand elle souligne et efface lorsqu’elle barre. Elle contient lorsqu’elle entoure. Elle est le liant qui unit les choses, le lien qui donne sens ou forme.
Elle supporte le temps, les contres-temps, la pause ou le repos. Et lorsqu’elle s’élance en lignes parallèles, elle devient l’espace qui suspend les notes et les tempos. De là naissent des mouvements, des symphonies de notes éclatantes. Des transpositions d’autres réalités infinies, invisibles mais bien réelles. Seules les notes posées sur les portées, donnent la lecture, la compréhension de cet univers peint avec nos sensations.

LA ligne du savoir

Une ligne cela peut paraître rien. Apparence immobile, insignifiant trait. Et pourtant ne contient-il pas, inscrit entre son début et sa fin, le ici et le là bas, l’avant et l’après ? N’est ce pas temps et espace ?
De la ligne d’univers, aux étoiles qui forment les zodiaques, a ligne relie et organise les choses. Elle apporte la cohérence.
Elle est le support du savoir et de la connaissance. Elle trace les matrices et élabore les concepts les plus complexes. Elle structure et permet de conceptualiser, d’esquisser, de comprendre. A travers elle l’étude prend forme et par approches successives, l’inconnu se devine et se dévoile.
La ligne est partout où l’homme a besoin de comprendre. Il a découpé le ciel en zodiaques puis la terre en parallèles et méridiens terrestre. Et ce, juste pour que nous puissions nous coordonner, nous donner rendez-vous et surtout ne plus se perdre.

Pendule linea mobilis 3:4G

de la ligne au modèle

Dans le dessin, la ligne transfigure le vivant. Du bout du crayon qui la trace, elle fixe, se substitue à la temporalité. Et dans l’immobilité d’un temps figé, supprime l’éphémère. Ajoutant du temps au temps, le suspendant et le capturant, la ligne joue en finesse.

La succession de lignes modèle les formes, les volumes et les architectures. La ligne n’est pas droite. Elle se courbe et se cambre, définit les contours, forme les lettres de nos mots. Elle est l’outil par lequel passe notre existence. L’espace dans lequel nous écrivons notre vie, de la première lettre à notre point final. Il en est de même pour le projet que le designer inscrit dans un cycle de vie. L’idée est posée, la recherche artistique commence. Un objet prend ainsi naissance, jusqu’à son utilité finale.

Ainsi dans cette création, Thierry Gibernon a lui aussi suivit méticuleusement les étapes, pas pas avec patience. Faire naître une pendule d’un croquis, voilà le merveilleux !

Puis est venu se greffer la réflection. Ce fragment qui nous renvoie, qui réfléchit la part de nous même en résonance avec l’objet. C’est cette intime connexion, de lignes en mouvements, de pensées et de patience qu’est née linea mobilis.

la création de la pendule

Construite à partir d’un mécanisme ancien, linea mobilis incarne un style et une époque liée au mouvement Bauhaus. On retrouve dans ses formes les thématiques phares. Les décrochés, les espaces ouverts où les montages de piliers sont présent, donnant la surélévation si particulière et novatrice du style. Dans la simplicité des formes, on a cherché avant tout, à faire ressortir la dimension artistique avant celle de l’usage. Les surfaces vitrées prédominent et séparent les espaces et les niveaux. La façade en acier inox impose une touche plus agressive qui s’adoucie au contact du mécanisme. Ce dernier est réalisé à la main et à l’aide des outils traditionnels.
Linea mobilis se décline en plusieurs modèles ou variantes. Chacun mettant l’accent sur une ambiance plus fine de l’époque et de l’univers Bauhaus.

Le balancier abrite un discret mécanisme de réglage
Le montage est réalisé de sorte qu’une impression de flottement de la pièce s’opère de lui-même.
Le plateau, avec ses contres-formes, accentue encore cet effet en détachant d’avantage la pendule du mur.

mécanisme en cours de réalisation pendule linea mobilis

fiche technique

  • Nom : linea mobilis (la ligne en mouvement)
  • Modèle : Classique

  • Mouvement manufacturé à la main
  • Bois laque blanche à la main
  • Verre sérigraphié à la main
  • Façade en acier inox 316L
  • Option : Support mural contre biseauté. Couleur : noir anthracite

  • Prix : à partir de 5000,00

  • Commande et livraison : Prendre contact

La façade en acier inox impose une touche plus agressive qui s’adoucie au contact du mécanisme…

Prendre contact avec nous